Entretien avec Bruno Retailleau; Sénateur et président du Département de la Vendée. Réédition d'octobre 1994

Jean François Puech Directeur de la Rédaction NEWS Press - 18/12/2016 19:50:00


La rédaction de NEWS Press reçoit Bruneau Retailleau Sénateur de la Vendée; pour un entretien centré sur l'activité du Département de la Vendée dont il est président du Conseil général. Ancien de Sciences Po, il vient du monde de l'entreprise dont il dit avoir l'ADN. Passé par la communication dans le cadre du parc d'attraction du Puy du Fou, il entre en politique au MPF et il devient député à l'âge de 34 ans, rattaché au groupe des non inscrit. En 2004 il entre au Sénat.
A la tête du Département depuis 2010, il veut démontrer que ce territoire rural associé aux révoltes paysannes de la Révolution française, puis au tourisme balnéaire est aussi un foyer pour le monde de l'entreprise.

Faut-il être vendéen pour diriger le département de la Vendée ?

C'est un plus !... Je suis un vendéen de coeur. Politiquement, j'ai quitté le MPF pour l'UMP il y a quelques années. J'étais chef d'entreprise dans le groupe du Puy du Fou. Je m'occupais plus précisément de la Cinéscénie qui est le plus grand spectacle de nuit au monde. Il s'agit d'un grand spectacle qui a déjà rassemblé des millions de spectateurs et qui mobilise 1200 acteurs et danseurs sur une scène de plusieurs hectares ! Cette expérience m'a permis d'être au coeur de l'économie et des enjeux de la Vendée.

Mon domaine d'expertise englobe les nouvelles technologies. Je suis d'ailleurs membre du groupe d'études communications électroniques et Poste et du groupe d'études Médias et nouvelles technologies au Sénat. Je participe aux travaux du Conseil National du Numérique. Comme la Vendée est un peu loin de Paris et que nous avons besoin de réseaux de communication développés. Dans le cadre du Conseil Général, j'ai mis en place un plan numérique. Une manière d'initier un dynamisme économique. Il n'y a pas d'économie sans moyens de communication !

La communication ne suffit pas en elle-même à un environnement favorable à l'activité économique ?

Certes c'est toujours un faisceau de critères. La Vendée consomme de plus en plus d'énergies. Pourquoi ?
Parce que la Vendée est une terre d'accueil à la fois pour les touristes, ceux qui sont à la recherche d'une qualité de vie et surtout pour les entreprises. Le Conseil Général compte bien tirer partie de cette situation et faire de l'énergie en Vendée un secteur d'innovation et d'avenir en termes de croissance et d'emploi. C'est pourquoi j'ai lancé le Plan Vendée Énergies Nouvelles.

Dans ce cadre, la Vendée va tester un concept pilote en France : Terr'Innove avec GDF Suez. Il s'agit de réaliser un diagnostic de la consommation d'énergie pour réduire les consommations et trouver de nouveaux « gisements ».

Nous ferons un plan d'économies d'énergie en améliorant d'abord l'isolation des bâtiments publics. Grâce à une convention avec la Poste, le diagnostic énergie va être étendu aux particuliers. Des facteurs, préalablement formés, proposeront aux particuliers de réaliser un diagnostic énergétique gratuit de leur logement. Ce diagnostic pourra servir de base pour des travaux d'amélioration avec des financements à la clé.

Mais il faut aussi être proactif. C'est pourquoi, nous constituerons une cartographie des potentiels de la Vendée dans le domaine des énergies renouvelables. Il va falloir étudier pour chaque territoire ce qui peut être produit ou économisé. Avec l'élevage, le soleil, la mer, le vent, la Vendée, dispose de grands potentiels. Et ces diagnostics permettront de mettre en place un plan d'actions par territoire.

Au-delà de l'énergie quelles sont les initiatives du Conseil Général de la Vendée en faveur des entreprises ?

Je dois d'abord dire que l'économie de la Vendée se porte plutôt bien. Nous sommes bien en deçà du taux de chômage en France. C'est parce que nous attirons les entreprises. Nous mettons en place un écosystème pour qu'elles se développent avec la plus grande fluidité, le moins de procédures possibles et c'est d'ailleurs sur la base de cet exemple que j'ai pu proposer dans la cadre d'une mission qui m'avait été confiée sur les entreprises de taille intermédiaire qui sont très présentes dans la Vendée.

Sans nous écarter de notre sujet, je tiens à préciser que cette catégorie d'entreprise est essentielle car ce sont celles qui sont en capacité de positionner sur les marchés mondiaux et de tirer tout le tissu industriel vers de nouveaux développements en terme d'innovation, de recherche, de parts de marchés, de notoriété pour le made in France. Si un véritable plan de bataille était mis en place, ce sont des milliers d'emplois qui pourraient être créés et la France entrerait dans une nouvelle dynamique économique.

En Vendée, nous avons créé des fonds de développement économiques dans le cadre de partenariats avec la BPI. Ce partenariat a permis une multiplication des capacités de financement du Conseil Général.

Grâce à cela, nous avons pris l'initiative de créer des zones d'activités économiques que l'on appelle les Vendéopôles. Ces parcs d'activités sont situés à proximité de grands axes routiers et autoroutiers ; ils offrent un environnement paysager de qualité. L'objectif est attirer les entreprises sur un même territoire. Leur création a permis l'installation de plus de 160 entreprises pour plus de 6000 emplois.

Dans notre département, 31% des entreprises exportent de manière occasionnelle, soit 440 entreprises. Nous voulons faire plus. Pour développer l'export, le Département de la Vendée a décidé de soutenir l'association Vendée International avec la CCI et Vendée Expansion. Cette association est aujourd'hui présidée par Dominique Soulard, PDG du groupe Gautier France, le premier fabricant de mobilier de France. Aujourd'hui, la présence des entreprises vendéennes à l'international est une des priorités du Département. L'export crée des emplois chez nous.

Et je suis moi-même à l'initiative du « Cercle vendéen ». Cette organisation a pour but d'établir un réseau d'influence efficace afin de capter des projets d'implantations d'entreprises. Par ailleurs, elle permet de faire naître des idées d'innovations et des perspectives de développement économique.

Comme vous pouvez le constater, la Vendée n'est pas seulement belle mais elle est aussi dynamique !

Entretien entre Bruno Retailleau et Jean-François Puech
jfpuech@newspress.fr