A Malte Le Comité européen des Régions évalue sur place la question des migrants

NEWS Press - 23/02/2017 13:05:36


A Malte pour sa 8ieme session, l'ARLEM - l'assemblée régionale et locale euro méditerranée - qui regroupe les élus des pays riverains de la Méditerranée et, au nom de l'Union européenne ceux du Comité européen des Régions, consacre une fois de plus ses travaux à la question des migrants.

Aux avants-postes des flux migratoires, le gouvernement maltais du Premier Ministre Joseph Muscat est confronté à une situation critique. Accueillir des milliers de réfugiés de guerre et d'émigrés économiques dans un petit pays membre de l'UE de 420.000 habitants.

L'Union européenne soutient les efforts du pays membre de l'UE depuis 2004 pour faire face à cette vague migratoire, tant sur le plan de la sécurité avec la mise en oeuvre de Frontex dont les navires patrouillent depuis 2015 dans l'ensemble de la Méditerranée, que sur le plan du financement des structures d'accueil des pays de l'Union en première ligne pour le passage vers le continent européen. L'attractivité de l'île est d'autant plus forte que le nord du pays est à 90 kilomètres de la Sicile, dont par temps dégagé on voit les rives disent les marins du port de Saint Julian aux abords de la Capitale La Valette.

A l'occasion de la session euro-méditerranéenne le Comité européen des Régions organise une visite du Centre d'accueil de Marsa destiné à recevoir les réfugiés dès leur arrivée et place sous l'autorité du ministère des affaires civiles (home Affairs).

Installé dans une ancienne école, le centre Marsa est situé dans la zone portuaire de Saint Julian. Il peut accueillir 200 réfugiés sur une capacité totale de 2000 réfugiés, - quota auquel le pays s'est engagé- et répartis dans 4 centres d'accueil. En 5 ans Malte a accueilli dans ses centres 13000 réfugiés dont la plupart sont sortis soit par l'obtention du droit d'asile pour une minorité, soit absorbés par le marché du travail local en expansion notamment dans le secteur du bâtiment. Mais la majeure partie d'entre eux est passée clandestinement vers l'Italie.

Si le Comité européen des régions s'attache à la question des migrants, c'est que les élus des régions et des villes sont les premiers à gérer l'afflux des personnes en détresse, Ils approuvent les politiques mises en oeuvre par la Commission, mais considèrent que celles-ci sont parfois éloignées du terrain et doivent être amendées. Réunis à Bruxelles décembre dernier et au début du mois de février ils proposaient une réforme du droit d'asile. L italien Vicenzo Bianco maire de Catane, proposait que les mineurs isolés soient mieux protégés. Le Slovène Peter Bossman souhaite la relance de partenariat de migration engages depuis 2016 avec les 19 Etats d'Afrique et du Proche Orient. Faut-il le rappeler ce sont les collectivités qui accueillent, hébergent soignent et prennent en charge l'intégration des réfugiés. Les régions et les villes veulent désormais être associées aux décisions prises par la Commission avec les gouvernements de l'Union. Elles attendent avec une certaine impatience, une modification des processus de décision à Bruxelles.

Le Comité européen des régions poursuit cependant ses travaux mais dans un espace plus large.

La tenue à Malte de l'ARLEM est l'occasion d'évoquer ces questions concrètes non pas du point de vue des villes et régions des pays d'accueil, mais de celles des pays de départ.

Le Comité européen des régions veut transmettre un message fort à la commission pour qu'il y ait une cohérence entre les besoins, et au-delà les nécessités, des collectivités qui assument et structurent quotidiennement l'assistance humanitaire.


Jean François Puech Directeur de la rédaction


NEWS Press



29, rue de Rome
75008 Paris
01 45 22 37 12

presse@newspress.fr

SITE INTERNET

TWITTER, FACEBOOK, RSS et ENGLISH NEWSPRESS