Jeux de la francophonie ABIDJAN 2017: Emilie Grace Lavoie, sculptrice médaillée du Canada Nouveau-Brunswick, rêve déjà des prochains Jeux qui auront lieu dans cette province en 2021

CIJF - Comité International des Jeux de la Francophonie - 30/07/2017 19:32:47

« Speciosa », 1 mètre 70 et 90 kilos, était la meilleure alliée de la néobrunswickoise Emilie Grace Lavoie dans ces 8èmes Jeux de la Francophonie d'Abidjan. Cette oeuvre en céramique a demandé un mois de travail à la jeune artiste de 26 ans et lui a permis de décrocher une belle médaille d'argent dans la catégorie sculpture vendredi.

Originaire d'Edmunston, Emilie Grace, les yeux rieurs, est presque étonnée de tous ces honneurs. Il faut dire qu'elle a découvert la sculpture un peu par hasard.

Après avoir étudié 3 ans le design et la mode à Montréal, elle sent qu'elle n'est pas tout à fait à sa place. A l'université de Moncton, elle pousse la porte d'un cours de céramique. « Je ne savais pas où je mettais les pieds. Mais la professeur, Gerry, était passionnante. Elle a appris aux étudiants que la sculpture en céramique permet des faire des oeuvres d'arts, pas seulement des objets utilitaires. C'est un peu grâce à elle si je suis là aujourd'hui ».

Lors du concours de sculpture de ces Jeux d'Abidjan, elle présente donc « Speciosa », créature sans tête née dans la sienne en 2016. Une oeuvre qui parle du changement climatique et de l'autodestruction, celle de l'Homme dans son environnement. Si on regarde ce travail de bas en haut, on remarque que le côté humain, bien visible avec les pieds, s'estompe pour laisser la place aux algues et aux coraux qu'elle a souhaité reproduire grâce à des moules.

C'est l'Université de Moncton, jolie ville canadienne de 70 000 âmes, qui lui a fourni tout le matériel dont elle a besoin. Aujourd'hui en Maîtrise à Vancouver où elle vit, Emilie Grace s'adonne toujours à son art et ressort épuisée de chaque création qui porte le même message : « J'essaie juste de m'imaginer comment va se transformer la nature, voilà mon inspiration de base. Le changement climatique on a les deux pieds dedans, qu'on le veuille ou non. C'est imprévisible, comme la sculpture. Ça me touche personnellement ».

Au Jeux d'Abidjan, sa délégation Canada-Nouveau Brunswick a remporté 4 autres médailles dans les compétitions organisées entre jeunes francophones venus du monde entier, dont l'or en marathon. La jeune artiste décrit une expérience inoubliable : « L'installation de l'oeuvre et le vernissage, la rencontre avec les autres artistes qui ont la langue française en partage et les Ivoiriens... J'ai de la misère à croire qu'on est ici, c'est tellement un séjour mémorable, comme dans un rêve ».

A l'Hôtel Azalaï d'Abidjan, plusieurs personnalités sont venues présenter les prochains Jeux de la Francophonie 2021 qui se dérouleront justement chez Emilie Grace, dans la province maritime du Nouveau-Brunswick, frontalière avec celle du Québec. Parmi eux Francine Landry, Ministre de la Francophonie du Nouveau-Brunswick, Éric Larocque, Directeur Général de ces Jeux, Robert McKee, conseiller de la ville de Moncton et Yvon Lapierre, maire de la cité acadienne de Dieppe.

Emilie Grace, comme l'assistance qui découvre ce projet ambitieux dans une vidéo colorée et rythmée, est impatiente : « C'était vraiment agréable de représenter ma province à Abidjan, l'accueil était très chaleureux ; accueillir à notre tour la francophonie chez nous en 2021, ça va être extraordinaire »


Emilie Grace Lavoie à la Bibliothèque Nationale d'Abidjan

Contacts
Mahaman-Lawan Seriba, Directeur du CIJF
mahaman-lawan.seriba@francophonie.org

Thomas Gil, Responsable des partenariats, du marketing et de la communication du CIJF
Thomas.gil@francophonie.org / Tél : (+33) 1 44 37 33 56