Le dépistage du VIH et des IST encore mal connu des 16-25 ans

AP-HP - Assistance Publique Hôpitaux de Paris - 05/12/2017 09:25:00

En France, 40% des personnes ayant contracté une infection sexuellement transmissible (IST) ont entre 15 et 24 ans1 et 400 000 nouvelles infections par an pourraient toucher les adolescents d'ici 2030 dans le monde2.

Une étude menée auprès des 16-25 ans par le laboratoire Janssen, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, et le Centre Gratuit d'Information de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) de l'hôpital Saint-Antoine AP-HP, montre que le niveau d'information en matière de pratiques sexuelles à risque reste encore peu élevé dans cette tranche d'âge.

Cette analyse a été réalisée grâce aux 1968 réponses apportées par les 16-25 ans sur l'application QiSS TMpour « Quizz d'information en Santé Sexuelle ».

Lancée en avril 2017, cette appli gratuite aborde sous forme de quizz 11 thèmes abordant la sexualité des jeunes. Comment se contracte une IST ? Où se diriger pour effectuer un test de dépistage ? Y a-t-il davantage de risques d'infections selon son orientation sexuelle ? Un test de dépistage est-il toujours nécessaire après un rapport ?

C'est à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, ce vendredi 1er décembre 2017, que sont dévoilés les résultats de cette étude qui montre que la sensibilisation auprès des 16-25 ans reste un enjeu important pour prévenir les nouvelles contaminations.

Les jeunes sont plutôt bien informés sur les IST et les moyens de contraception

Les données recueillies auprès de 1968 jeunes grâce à l'application QiSSTM permettent d'établir le niveau de connaissance et d'information des 16-25 ans au sujet du VIH et des IST. Il apparaît ainsi que 94 % des 16-25 ans interrogés savent ce que signifie le terme IST3, mais que 15 % ignorent encore la façon dont une IST se contracte3. 100 % d'entre eux sont bien informés sur les façons d'accéder à une contraception et 98 % connaissent les moyens de contraception fiables3. Cependant, encore 10 % des jeunes interrogés pensent qu'ils ne s'exposent pas à des risques d'infection s'ils sont hétérosexuels et engagés dans une relation stable3. Par ailleurs, 30 % des 16-25 ans interrogés ignorent qu'il est possible d'avoir des relations sexuelles même en cas de suspicion d'IST et cela en se protégeant.

Les jeunes moins bien informés sur les moyens de transmission du VIH et le dépistage

Concernant le dépistage et la transmission du virus du sida, 10 % des jeunes interrogés ignorent où se diriger pour effectuer un dépistage gratuit du VIH3. 15 % des jeunes âgés de 16 à 25 ans interrogés ne considèrent pas nécessaire d'effectuer un test de dépistage à chaque fois qu'ils ont un nouveau partenaire3. 10 % d'entre eux ne savent pas qu'un test peut être effectué de manière anonyme et 11 % ignorent qu'il existe des tests gratuits3. Ils ne sont qu'une moitié à savoir que l'idéal est de se faire dépister dans les 6 semaines après un rapport sexuel à risque3.

Selon le Dr Nadia Valin, médecin infectiologue à l'hôpital Saint-Antoine AP-HP, « les réponses des 16-25 ans aux questions de l'application sur la santé sexuelle QISS montrent qu'ils sont bien informés en matière de contraception mais que les modalités de dépistage restent mal connues puisque la moitié d'entre eux ne sait pas que le délai à respecter pour avoir un résultat fiable après un risque sexuel est de six semaines. Les lieux pour se faire dépister et la gratuité du dépistage ne sont pas non plus connus de tous. C'est pourquoi l'application QiSS peut contribuer à améliorer leurs connaissances dans les différents domaines en rapport avec la sexualité. »

Après avoir réalisé le quizz, l'utilisateur peut en effet obtenir des précisions sur le thème abordé, explorer la carte des centres de dépistage et être orienté vers le site Sida info services.


1 Donnée rapportée en 2013-2014 en France - CNS Avis suivi de recommandations sur la prévention et la prise en charge des IST chez les adolescents et les jeunes adultes adopté par le CNS le 19 janvier 2017

2 Unicef - VIH : hausse de 60 % des infections attendue chez les adolescents d'ici à 2030 modifié le 1 décembre 2016

3 Données internes - Données issues des réponses apportées par les 1968 utilisateurs (ayant entre 16 et 25 ans) de l'application mobile QiSS