Stratégie nationale de santé : la contribution du Conseil National de l'Ordre des Médecins

CNOM - Conseil National de l'Ordre des Médecins - 22/12/2017 09:25:00


STRATEGIE NATIONALE DE SANTE (SNS) 2018-2022

Contribution du Conseil national de l'Ordre des médecins

« Ce que l'Ordre souhaite retrouver dans la publication officielle de la SNS »

La définition d'une stratégie quinquennale en santé consiste à identifier les priorités d'actions sur cette période, mais suppose également de les inscrire dans une politique générale de santé à plus long terme. Les politiques publiques doivent prendre en compte :

les besoins sanitaires des populations et les organisations à mettre en oeuvre pour satisfaire l'équité dans l'accès aux soins, à la prévention et à l'éducation à la santé sur l'ensemble des territoires de la République,
la formation des médecins et autres professionnels de santé pour y répondre,
les innovations techniques, technologiques et numériques afin de les inclure dans leur déploiement stratégique au bénéfice des patients.
Il nous parait clair que notre système d'organisation des soins arrive à une échéance cruciale, non pas tant en raison des contraintes économiques qu'en raison des défis auxquels nous devons faire face : émergence des pathologies au long cours, vieillissement de la population avec son cortège de dépendances, transformations sociétales, nouvelles aspirations des patients et des médecins, obsolescence rapide des connaissances par les évolutions scientifiques et technologiques, essor de la société et de l'économie numérique, nouvelle organisation territoriale de la République ... Il ne peut donc pas s'agir de construire une stratégie quinquennale en santé en préconisant des mesures palliatives devant une situation tendue ni non plus de proposer une rupture radicale dans les prises en charge des patients et dans notre modèle de protection sanitaire et sociale, quelles que puissent être les adaptations qu'elles nécessitent.

Dans ces perspectives, le CNOM avance comme axes prioritaires :


- Un accès à des soins de qualité, à la prévention et à l'éducation à la santé partout sur le territoire national.

- Une réforme globale de la formation.

- L'inclusion des avancées technologiques et numériques dans les politiques de santé au bénéfice des patients et au service des professionnels.

POUR LIRE L'INTEGRALITE DU RAPPORT