Bangladesh : Premières pluies de mousson dans les installations de réfugiés, déjà en situation d'urgence

UNHCR - Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés - 13/06/2018 10:15:00


Un enfant réfugié rohingya joue dans une zone inondée entre des abris, dans l'installation de réfugiés de Shamlpur au Bangladesh. © HCR/Patrick Brown

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Andrej Mahecic - à qui toute citation peut être attribuée - lors de la conférence de presse du 12 juin 2018 au Palais des Nations à Genève.

Les premières fortes précipitations de l'année se sont abattues sur les installations de réfugiés dans le district de Cox's Bazar ce week-end, marquant ainsi le début de la période de mousson. Elles constituent un premier test pour les réfugiés et les agences humanitaires travaillant en appui du gouvernement du Bangladesh dans la situation d'urgence pour les réfugiés rohingyas.

Des pluies torrentielles et des vents allant jusqu'à 70 km/h ont provoqué au moins 89 incidents signalés, y compris 37 glissements de terrain, causant plusieurs blessés et un décès confirmé - un enfant. Près de 2 500 familles de réfugiés (soit 11 000 personnes au total) ont été touchées.

Le 10 juin, les pluies sont devenues continues. Selon le Service météorologique bangladais, près de 400 mm de pluie sont tombées depuis dimanche sur la région de Cox's Bazar, ce qui représente près de la moitié des précipitations moyennes en juin dans cette partie du Bangladesh. Actuellement quelque 900 000 réfugiés y sont abrités, y compris 720 000 d'entre eux qui sont arrivés au Bangladesh depuis le 25 août l'an dernier.

Les autorités du Bangladesh, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et d'autres partenaires humanitaires sont immédiatement intervenus lors des incidents causés par les précipitations de mousson. Les interventions ont inclus des missions de recherche et de sauvetage, la relocalisation des personnes ainsi que la distribution de kits d'abri et d'aide.

Selon une évaluation des dégâts, plus de 1000 abris ont été endommagés, ainsi que 10 points d'eau, 167 latrines, un dispensaire et un site de distribution alimentaire. Les pluies ont également inondé la route principale de l'installation de Kutupalong, bloquant provisoirement l'accès des véhicules à certaines parties de ce site.

Oeuvrant en appui à la réponse des autorités du Bangladesh, le HCR et ses partenaires travaillent jour et nuit pour essayer de limiter les risques d'inondations et de glissements de terrain dans les installations surpeuplées de réfugiés. Cependant, du fait de l'ampleur de la population de réfugiés, de l'étendue des campements et des difficultés que présente le terrain, nous craignons que les conditions météo causent des dommages, des destructions et de potentielles pertes en vies humaines.

Sur la base d'une cartographie aérienne des campements, nous estimons que près de 200 000 personnes peuvent être exposées aux risques de glissements de terrain et d'inondations et doivent être transférées vers des zones plus sûres. Parmi elles, plus de 41 000 personnes sont exposées à un risque très élevé de glissement de terrain. Mais le relief accidenté limite la disponibilité de terrains plats et constitue un défi important pour aider et relocaliser les familles les plus menacées. À ce jour, plus de 14 000 réfugiés fortement menacés par les glissements de terrain dans diverses installations ont été relocalisés dans des lieux plus sûrs.

Alors que les relocalisations et les distributions d'aide se poursuivent, nous prépositionnons également davantage de matériel d'urgence, et notamment 10 000 tentes, 190 000 bâches, ainsi que deux millions de comprimés de purification de l'eau, prêts à utilisation si nécessaire. Le HCR dispose également de cinq tentes-hôpital et de kits de santé d'urgence stockés dans des entrepôts permanents à Cox's Bazar.

Les équipes du HCR et d'autres agences, notamment le Service bangladais de préparation aux cyclones, les pompiers et la défense civile travaillent avec des réfugiés volontaires pour améliorer leur préparation aux catastrophes et leur formation dans différents domaines tels que la sécurité en cas d'incendie et les messages d'alerte précoce, la recherche et le sauvetage, la préparation aux épidémies, la préparation aux cyclones, les premiers secours et la formation à l'aide psychologique. Plus de 2 000 réfugiés ont déjà été formés et ces formations se poursuivent. Par ailleurs, 50 bénévoles de l'unité de sécurité, tous réfugiés (hommes et femmes) issus de chacune des sections du site, ont été formés aux premiers secours en situation d'urgence.

En mars, le HCR et des partenaires ont lancé le Plan conjoint de réponse à la crise humanitaire des réfugiés rohingyas, recherchant 91 millions de dollars en 2018 pour répondre aux besoins immédiats de plus de 880 000 réfugiés et 330 000 Bangladais vivant dans les communautés affectées par la crise. À ce jour, cet appel n'est financé qu'à hauteur de 21 pour cent. Il est essentiel que les agences humanitaires obtiennent rapidement des fonds qui puissent être affectés avec souplesse afin de sauver des vies humaines et d'améliorer les conditions de vie des réfugiés pendant la mousson, tout en maintenant les prestations en matière d'assistance et de protection.