Climat : le système des Nations Unies appelle les Etats à agir concrètement

ONU - Organisation des Nations Unies - 10/05/2019 11:40:00


Les chefs des différentes organisations formant le système des Nations Unies ont appelé jeudi les Etats membres à prendre des mesures concrètes en faveur du climat en vue du sommet que le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, organisera en septembre à New York.

« Comme indiqué dans le rapport spécial du GIEC (Groupe international d'experts sur l'évolution du climat), il est nécessaire de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C pour éviter des changements irréversibles », ont rappelé dans un communiqué les chefs des différentes entités onusiennes réunis à Genève.

Atteindre cet objectif nécessitera des « changements d'une ampleur sans précédent à tous les niveaux », reconnaissent-ils, « mais c'est toujours possible si nous agissons maintenant ». Le système des Nations Unies souligne que l'atténuation du changement climatique constitue « un impératif moral, éthique et économique ».

« Nous appelons de toute urgence les États membres à venir à New York en septembre avec des plans concrets et réalistes pour renforcer leurs contributions déterminées au niveau national d'ici 2020 et à l'appui de la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable », ont déclaré les hauts responsables onusiens.


Agir pour le climat afin que « personne ne soit laissé pour compte »
Les entités composant le système des Nations Unies appuient les Etats membres dans la mise en oeuvre l'Accord de Paris sur le climat et le Programme de développement durable à l'horizon 2030. A Genève, elles se sont engagées à renforcer leur appui en mobilisant un financement climatique accru, en facilitant le transfert de technologie et le renforcement des capacités.

Cet appui renforcé doit permettre aux États membres d'accroître leurs contributions déterminées au niveau national pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% d'ici 2030 et d'atteindre l'objectif de zéro émission nette en 2050. Il vise également à « obtenir des avantages communs au développement durable qui amélioreront la vie de tous les peuples ».

Les chefs des entités onusiennes appellent les États membres à veiller à ce que des mesures d'adaptation appropriées soient prises pour protéger les personnes, les moyens de subsistance et les écosystèmes, en particulier les habitants des régions les plus exposées aux effets du changement climatique. Ces mesures doivent également protéger les personnes exposées au déplacement forcé et à la migration, précisent-ils.

« Nous exhortons les États membres à identifier et à mettre en place des capacités et des solutions d'adaptation au sein des communautés et des écosystèmes vulnérables, et à consacrer le maximum de ressources disponibles et d'appui à la réalisation progressive des droits économiques, sociaux et culturels de toutes les personnes, afin que personne ne soit laissé pour compte », ont-ils déclaré.


Mettre la finance et l'innovation au service du climat
Le système des Nations Unies a également appelé les Etats membres à faciliter les financements publics et privés de l'action pour le climat ainsi qu'à mettre en oeuvre et à renforcer des politiques publiques réorientant les flux financiers vers un développement à faibles émissions en carbone.

« Nous sommes résolus à renforcer cet effort à l'échelle du système pour créer un environnement propice aux investissements, intégrer l'action pour le climat dans la planification financière nationale pertinente et intégrer les instruments fondés sur le marché pour rassembler et renforcer durablement les investissements responsables du secteur privé », ont dit les hauts responsables onusiens, qui encouragent les États membres à partager leurs feuilles de route nationales pour le financement de la lutte contre le changement climatique ainsi que leurs approches viables et leurs expériences réussies.

L'innovation doit également être sollicitée pour agir en faveur du climat, souligne le système des Nations Unies qui rappelle qu'il appuie les Etats dans l'élaboration et l'utilisation de données pertinentes et d'innovations technologiques afin de trouver des solutions aux problèmes liés au climat et au développement durable ainsi qu'à la réduction et à la gestion des risques de catastrophe. « La quatrième révolution industrielle offre un potentiel énorme pour un changement de paradigme vers des voies de développement résilientes au climat et à faibles émissions », soulignent les hauts responsables onusiens.

Mais l'innovation ne se limite pas aux technologies. Le système des Nations Unies plaide pour des approches prospectives, de nouveaux modèles commerciaux et instruments financiers, ainsi que des coopérations - renforcées au niveau régionale - et des partenariats novateurs- notamment avec les universités, la communauté scientifique, les ONG, les enfants et les jeunes, les femmes, les entrepreneurs, les syndicats, le secteur privé et les gouvernements locaux, afin de mener des actions concertées.

Les États membres sont également encouragés à partager entre eux leurs approches novatrices en matière de lutte contre le changement climatique lors du sommet de New York en septembre.