Une nouvelle campagne met à l'honneur les travailleurs humanitaires

ONU - Organisation des Nations Unies - 14/02/2020 12:10:00


Chaque jour, à chaque instant et aux quatre coins du monde, les Nations Unies agissent pour réduire la souffrance des personnes touchées par les crises humanitaires. Les défis sont de plus en plus grands mais l'engagement des travailleurs humanitaires ne faiblit pas.

Une nouvelle campagne du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) vous invite à exprimer votre reconnaissance vis-à-vis de ces femmes et ces hommes ordinaires qui font un travail extraordinaire. En les mettant en lumière, nous saluons leur force, leur détermination et leur persévérance à #FaireToutCeQuilFaut pour apporter de l'aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin.


FAIRE TOUT CE QU'IL FAUT

Chaque jour, à chaque instant et aux quatre coins du monde, les Nations Unies agissent pour réduire la souffrance des personnes touchées par les crises humanitaires.

Tandis que les défis humanitaires s'avèrent de plus en plus grands, l'engagement des travailleurs humanitaires est de plus en plus fort.

Le 13 février 2020, les Nations Unies démarrent une grande campagne mondiale intitulée « Faire tout ce qu'il faut ». Elle met en en avant l'impact et la portée de l'action humanitaire de l'ONU, ainsi que la passion et les motivations de celles et ceux qui la mettent en oeuvre.

Faire tout ce qu'il faut pour apporter de la nourriture, des médicaments, une éducation d'urgence et un abri à un nombre record de personnes dans des endroits qui figurent parmi les plus dangereux au monde. Qu'est-ce que cela veut dire ?

Cette action extraordinaire est motivée par la compassion. Elle est inspirée par des individus qui risquent leur vie pour aider des femmes, des hommes et des enfants ayant besoin d'aide pour survivre dans des situations de guerre, de catastrophes naturelles ou pour reconstruire leurs vies.

Il s'agit de femmes et d'hommes ordinaires qui font un travail extraordinaire. Ils ou elles font tout ce qu'il faut pour aider la communauté internationale à répondre aux attentes et à respecter son engagement à sauver des vies.

Ils ou elles travaillent soit à des milliers de kilomètres de leur foyer, soit dans leur propre communauté. Ils ou elles travaillent souvent dans les contextes les plus dangereux et difficiles au monde, dans des endroits inhospitaliers. Ces personnes prennent des risques au quotidien, en sacrifiant leur confort et en passant de longs mois loin de chez eux et de ceux qu'ils aiment. Tout cela avec un seul objectif : fournir de l'aide humanitaire à celles et ceux qui en ont le plus besoin.

En rendant hommage à l'ensemble des travailleurs humanitaires de l'ONU à travers le monde, nous mettons à l'honneur leur force, leur détermination et leur persévérance.

Ce sont des travailleurs humanitaires et ils ou elles s'engagent à #FaireToutCeQuilFaut


PARTICIPEZ À LA CAMPAGNE

Nous sommes tous extrêmement reconnaissants vis-à-vis de l'ensemble des travailleurs humanitaires des Nations Unies comme Claudine. Nous sommes aussi très fiers de toutes les personnes auxquelles ils viennent en aide. Nous devons faire tout notre possible pour que leur travail admirable puisse continuer.

Nous vous invitons à participer à la campagne et à exprimer votre reconnaissance en partageant sur les réseaux sociaux le message qu'il faut #FaireToutCeQuilFaut pour apporter de l'aide à celles et ceux qui en ont le plus besoin.


FAIRE UN DON


Le Fonds central pour les interventions d'urgence des Nations Unies (CERF) est l'un des moyens les plus rapides et efficaces pour faire en sorte que les personnes prises au piège des crises humanitaires reçoivent de l'aide. Le mécanisme regroupe les contributions des donateurs du monde entier - gouvernements, organisations internationales, secteur privé et individus - dans un fonds unique qui se déclenche dès qu'une crise se produit et que des personnes ont besoin de notre aide.

Depuis sa création, le CERF a alloué plus de 6 milliards de dollars américains en assistance humanitaire pour des opérations dans plus de 100 pays et territoires. En 2019, le CERF a récolté 800 millions de dollars.

Votre contribution aidera à sauver des vies et à aider des millions de personnes touchées par des catastrophes ou des conflits, en leur fournissant de la nourriture, de l'eau, des soins de santé, un abri et bien plus encore.

Aidez-nous à aider ces personnes à temps. Faites un don au CERF.

Chaque jour, à chaque instant et aux quatre coins du monde, les Nations Unies agissent pour réduire les souffrances des personnes touchées par des crises humanitaires.

#FaireToutCeQuilFaut est une campagne qui démarre dès le 13 février 2020.


VOICI L'HISTOIRE DE CLAUDINE JOSEPH, UNE TRAVAILLEUSE HUMANITAIRE AU TCHADClaudine Joseph travaille dans le secteur humanitaire dans son propre pays ; Haïti. Sa vocation est née lors du tremblement de terre dévastateur qui a détruit sa ville en 2010 et tué 230 000 personnes.

Dix ans après cette tragédie, elle travaille à présent dans une région sensible et instable du Tchad. Claudine aide à coordonner l'action humanitaire qui permet de sauver des vies et d'alléger les souffrances des personnes prises au piège d'un cercle vicieux de conflit, de pauvreté et confrontées à la sécheresse.

« Vivre ici demande de la force, une résilience personnelle, de la passion, de l'empathie et une capacité à diriger dans des circonstances difficiles, » dit-elle. « C'est un endroit merveilleux et les gens, ici, ont besoin de tellement de soutien - il y a beaucoup de potentiel dans cette région si on met en place des possibilités. »

Claudine adore son travail mais elle est séparée de son fils, Michael. En tant que mère célibataire, elle a demandé à sa soeur Lise, à New York, de s'occuper de son enfant pendant qu'elle est à Baga Sola, une zone de tensions au Tchad. Son fils fréquente actuellement une école à Brooklyn.

Claudine rend visite à son fils tout les deux à trois mois. « J'ai parfois peur de manquer les moments les plus importants de son enfance. C'est presque déjà un adolescent. Certains moments seront perdus à jamais », dit-elle. « Je lui explique que j'essaie de contribuer à un monde meilleur. Ma devise est : il faut faire des petites choses avec beaucoup de passion et un grand coeur »