Le Tour de France salue la mémoire de Valéry Giscard d'Estaing

ASO Amaury Sport Organisation - 03/12/2020 16:15:00


Le Tour de France salue la mémoire de Valéry Giscard d'Estaing, qui lui a permis d'arriver sur les Champs-Elysées à partir de 1975.


Le témoignage de Bernard Thévenet double vainqueur du Tour de France. Vêtu de jaune par Valéry Giscard d'Estaing, Thévenet décrit un souvenir « extraordinaire »

Valéry Giscard d'Estaing, décédé ce mercredi 2 décembre des suites du Covid-19, est l'homme qui a fait arriver, dès 1975, le Tour de France aux Champs-Élysées. Cette même année, Bernard Thévenet s'était vu remettre le maillot jaune des mains de l'ancien président de la République. « Il avait donné une autre dimension à cette arrivée », se souvient le double vainqueur de la Grande Boucle.


Bernard Thévenet est un témoin privilégié. Bien placé pour évoquer l'intérêt de Valéry Giscard d'Estaing pour le cyclisme, pour l'avoir vu de ses propres yeux à l'issue du Tour de France 1975. Un marqueur historique dans l'histoire de la discipline, puisque l'arrivée de la Grande Boucle se dispute pour la première fois sur la grande avenue des Champs-Elysées, et fait suite à l'accord de l'ancien président de République, alors en fonction entre 1974 et 1981.
Au départ, ce n'était qu'un essai. Il n'était pas prévu que l'on y arrive tous les ans et c'est finalement encore le cas aujourd'hui, souligne Bernard Thévenet.Il avait donné une autre dimension à cette arrivée. »

VALERY GISCARD D'ESTAING HABILLE LE VAINQUEUR BERNARD THEVENET DU MAILLOT JAUNE

Reçu à l'Elysée avec Merckx et Poulidor

Valéry Giscard d'Estaing s'y était d'ailleurs déplacé en personne. Pour remettre le maillot jaune à Bernard Thévenet et saluer celui qui remportait là le premier de ses deux Tours de France (1975, 1977). Unique encore dans l'histoire de la discipline. « Il avait donné un côté encore plus grandiose à la cérémonie. C'était quelque chose d'extraordinaire qu'il soit présent, poursuit Thévenet. Il m'avait dit qu'il était très heureux que ce soit un Français qui l'emporte mais aussi qu'Eddy Merckx n'avait pas démérité, qu'il s'était battu jusqu'au bout et qu'il avait beaucoup apprécié. » L'échange s'est ensuite prolongé sur les Champs-Élysées, avant un rassemblement plus intimiste ensuite au palais de l'Élysée, en présence notamment de Merckx, Van Impe, Gimondi et Poulidor. «Il m'avait demandé ce que j'allais faire maintenant que le Tour était terminé. Je lui ai expliqué qu'on allait faire des critériums et en quoi cela consistait. Je pensais qu'il meublait la conversation... » En réalité, pas du tout.

Lui-même sportif, adepte du ski en famille et de parties de tennis, le chef d'État en apportera la confirmation quelques mois plus tard, en octobre 1975 lors du salon du cycle à Paris qu'il est venu inaugurer. Bernard Thévenet est présent sur le stand Peugeot et les deux hommes se retrouvent. «Il m'avait salué et il m'a tout de suite demandé comment s'étaient passés les critériums. Ça m'a marqué (sourire).»