Le secrétaire général Stoltenberg sur la base navale de Berga : grâce à l'adhésion de la Suède, l'OTAN est plus forte et davantage en sécurité

OTAN - Organisation du Traité de l'Atlantique Nord - 12/06/2024 19:10:00

Vendredi dernier 7 juin 2024, à l'occasion de son premier déplacement en Suède depuis l'adhésion de ce pays à l'OTAN en mars, le secrétaire général de l'Organisation, Jens Stoltenberg, a effectué une visite aux forces armées suédoises stationnées sur la base navale de Berga. À l'issue d'un entretien avec le premier ministre, Ulf Kristersson, M. Stoltenberg a souligné que, grâce à l'adhésion de la Suède, l'OTAN était désormais plus forte et le pays, davantage en sécurité.




Le secrétaire général a mis en exergue les nombreuses contributions apportées par la Suède à l'Alliance, dont des forces extrêmement performantes et des capacités de pointe. La Suède consacre en outre plus de 2 % de son PIB à la défense et renforce « notre présence notamment dans le Grand Nord et dans la région de la Baltique », a-t-il déclaré. M. Stoltenberg s'est par ailleurs félicité de l'annonce de la contribution prochaine de la Suède à la police du ciel de l'OTAN. « Cela démontre les contributions majeures que la Suède apporte à notre Alliance, trois mois à peine après son adhésion », a ajouté le secrétaire général.

Concernant l'aide à l'Ukraine, M. Stoltenberg a rendu hommage à la Suède, qui montre l'exemple en débloquant des milliards d'euros, ce qui en fait l'un des plus importants soutiens de Kyïv. Il a encore salué la décision de la Suède de mettre à la disposition de l'Ukraine deux avions de surveillance radar de pointe dans le cadre du plus vaste programme d'aide fourni à ce jour par Stockholm.

Au sommet de Washington prévu en juillet, les dirigeants des Alliés débattront d'un renforcement du rôle de l'OTAN dans la coordination et l'organisation des activités de formation et d'assistance à la sécurité en faveur de l'Ukraine. Le secrétaire général a également proposé un engagement financier pluriannuel pour garantir davantage de pérennité et de prévisibilité. Ces efforts « permettront de signaler clairement à Moscou qu'il ne nous aura pas à l'usure. Nous sommes en présence d'un paradoxe : plus notre engagement envers l'Ukraine se renforce sur le long terme, plus tôt cette guerre pourra se terminer », conclut M. Stoltenberg.